Questions qui tuent, questions tues

Questions qui tuent, questions tues

Le 15 novembre prochain, quelques 450 membres ODE (obligés-de-l’être) choisiront de rester chez eux au moment où  l’ACVQ tiendra son assemblée annuelle. Qu’importe ! Un tel abstentionnisme de quatre-vingt-quinze pourcent (95%) n’émouvra ni n’inquiétera nullement les quelques 25-30  assidus – trente-cinq au pire – qui s’y présenteront ! Ça les arrangerait, plutôt… S’ils ne se trouvent pas déjà comptés parmi les précédents, seront aussi présents quelques inhabituels récipiendaires de trophées.

Cette journée-là, l’Association présentera un ‘compte-rendu’ des délibérations émanant du récent congrès « d’orientation » de la Fédération. Mais c’est quoi, au juste, ce congrès d’orientation ?

Le congrès d’orientation de la FQSC 

À ce congrès, seuls quelques (bergers) délégués sont invités. Les milliers de petits membroïdes individuels, eux, sont priés de rester chez eux : à ce chapitre-là, ils n’ont pas de voix… Car la Fédé, c’est un peu comme un Club Price : la carte de membre vous donne le droit d’être un client, sans plus !

En clair, les délégués viennent au congrès pour représenter les seuls véritables membres actifs de la Fédération : les corporations (c’est-à-dire les clubs et, à notre connaissance, une association…). Ils se joignent aux membres du CA de la Fédé et à son personnel de Direction pour le caucus annuel.

La Direction, elle, comme d’habitude, a tout préparé à l’avance: des comités ont été préalablement constitués et des thèmes de discussion savamment choisis leur sont impartis. Messagers et messages sont donc triés sur le volet. L’avantage indéniable des idées prémâchées, c’est le contrôle de la qualité qu’on aura plus tard sur le jus de la chique ! Bref, l’objectif ultime des palabres de la journée sera de décider, pour eux et sans eux, du fonctionnement de toute la saison prochaine des milliers d’administrés payants.

À la fin de la journée, les initiés, coiffés de l’auréole du bénévole, pourront aller festiner au rituel banquet et enfin communier ! – Ite missa est.

La démocratie corporative d’une fédération, c’est comme ça que ça marche : Big Brother s’occupe de tout pour les Lilliputiens !

La démocratie naïvela nôtre – n’est jamais, quant à elle, conviée aux banquets… Heureusement, on lui garde au moins les restes de la tablée; les miettes, elle aime bien ça!

Revenons à nos moutons !

Dimanche, à l’assemblée de l’ACVQ (« assemblette » serait plus juste), il y aura ce qu’il est convenu d’appeler «  la routine procédurale » : élection ; acclamation. Tiens… une nouvelle tête ! Goooood ! Varia.

Pour apparence démocratique, il y aura l’incontournable formalité du « vote aérien » ! Tandis que les mains s’élèveront et que les aisselles s’aéreront, les regards furtifs fuseront, comme des missiles prêts à décoller, au cas où une espèce d’olibrius serait tenté de… Mais non, mais non, voyons, pas de danger : les intrus, on les a déjà muselés et expulsés ! Là, les séides porteront tous le même bonnet, ils opineront avec ! Alléluia !

Des questions pointues? Non, des questions tues !

Pour que l’Assemblée se déroule au mieux du début jusqu’à la fin, il existe une condition sine qua non : il faut qu’en aucun moment un hurluberlu ne vienne poser une maudite question qui tue, comme :

–– « Depuis deux ans,  y a pu rien qui marche ! Fak… on se demandait  POURQUOI ?

Ça s’pourrait-tu, coudon, que la Réforme des catégories, ça marche pas pantoute? »

Si, par malheur, notre emmerdeur (imaginaire) décidait d’appuyer son questionnement sur quelques congruentes statistiques, cela pourrait bien créer un petit malaise :

–– « Expliquez-nous donc, dirait-il, comment ça se fait qu’absolument tout ce qui était supposé d’évoluer à la hausse dans le rêve de la Réforme évolue à la baisse dans le réel ?  »

Et s’il est le moindrement effronté, notre forcené pourrait même enfoncer le bouchon en-bas du goulot en faisant remarquer quelques incongruités qu’il aurait préalablement relevées, du genre… :

–– « Y a-t-il au moins une chose qui ait vraiment bien marché avec la Réforme ? Reste-t-il un seul chrétien pour y croire encore, à la Réforme des catégories ? Moi, j’en doute énormément ! Même monsieur le Directeur de la Fédé m’a tout l’air assez sceptique…

« Au départ, je n’étais pas forcément très chaud à l’idée, mais […] nous avons décidé d’aller de l’avant avec les propositions de l’ACVQ »    
Louis Barbeau, LFR, 25 janvier 2015

 (N.D.L.R.) — Si, en lisant ce qui précède, vous vous demandez pourquoi, puisqu’il n’y croyait pas, M. Barbeau était venu à l’assemblée de l’Acvq, le 17 novembre 2013, haranguer les ‘troupes’ et faire la promotion du projet de Réforme des catégories, eh bien, vous et moi partageons le même questionnement !

Outre les déboires de la Réforme, d’autres sujets resteront tabous :

  • Le règlement de la ligne jaune: Ah ! On en parlera, certes, juste pour admettre qu’il est difficilement applicable et trop rarement appliqué. Ce dont on ne parlera pas, c’est sûr, c’est que ledit règlement devient redoutablement plus efficace lorsque renforcé par une délation… (Eh oui, ça existe !)
  • Le programme anti-dopage sera fort probablement reconduit par un vote aérien, sans que personne n’en voie la comptabilité… Incroyable ! Ça dépasse l’entendement !  À la Fédé, ils se tapent sur les cuisses, c’est sûr à 170% !

Dimanche, l’ACVQ va promulguer l’état de quiétude. En vigueur pour une autre année. Le drapeau rose du ‘tout-va-pour-le-mieux-dans-le-meilleur-des-mondes’ va de nouveau flotter candidement au-dessus de l’invisible mêlée!  Qu’espérer de plus, n’est-ce-pas ?  Plus belle harmonie serait utopie !

Le bouquet de la cérémonie hybride surviendra lorsque le Président annoncera, fébrile, qu’il est enfin l’heure de passer aux vraies affaires, à la partie zénithale de la fête. Alors il pourra lancer en leurs noms le célèbre cri de ralliement des membres de l’Association, leur profession de foi, leur fierté, leur raison et leur passion, leur « Ultima verba »:

«  Que l’on sorte les trophées ! »

Sur le même sujet

Moutons cherchent bergers… désespérément !

Moutons cherchent bergers… désespérément !

« Oh ! les beaux gros pelotons !»

« Oh ! les beaux gros pelotons !»

Le GP de Saint-Raymond 2015

Le GP de Saint-Raymond 2015

Annulation du Grand Prix de Saint-Calixte

Annulation du Grand Prix de Saint-Calixte

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *